fbpx
Back to the blog Films psychologiques où le personnage principal est instable
On décembre 5, 2019


Il faut dire que les films psychologiques sont assez déroutants et lorsqu’à cela on ajoute un personnage mentalement instable, il se crée alors un véritable univers. Paranoïa, univers complètement inventé ou encore relation obsessionnelle, l’esprit d’un malade mental est la plus grande source d’imagination.

#10 Une fiancée pas comme les autres (2007)

Lars and the other Girl

Pour commencer ce Top des films psychologiques, on débute avec un film traitant d’un cas spécial. Une fiancée pas comme les autres présente la vie d’un homme, Lars, qui a pour le moins un comportement étrange. Interprété par Ryan Gosling, le film se déroule en plein hiver au Canada.

L’histoire

C’est l’histoire d’un homme introverti qui vit à côté de chez son frère Gus, dans un garage aménagé. La particularité de Lars est qu’il est asociale. En effet, enfermé sur lui-même, il trouve souvent de bonnes excuses pour décliner les invitations de sa belle-soeur Karin, lorsque celle-ci le convie pour déjeuner. Un jour, il décide de présenter à Gus et Karin sa petit-amie rencontrée sur internet. Cette annonce est pour eux un soulagement. Cependant, la rencontre va complètement bouleverser leurs espérances.

Pourquoi fait-il partie des films psychologiques?

En dépit de toute complexité dans le scénario, le film est un hymne au respect et à l’acceptation de l’autre. En effet, le handicap, même mental, ne doit pas être pointé du doigt mais toléré par tous. C’est en tout cas ce que prône le réalisateur Craig Gillespie, qui nous montre ici sa volonté d’incorporer l’instabilité de Lars au sein du village. Le regard bienveillant et accueillant de tous permet une guérison plus probable que la mise à l’écart.

#9 Split (2016)

Split

Comment traiter des films psychologiques et de l’instabilité mentale sans parler de Split? Effectivement, c’est un « must-seen » avant de pouvoir comprendre Glass, la suite éponyme à l’intersection entre Split et Unbreakable.

L’histoire

Kévin est atteint de schizophrénie. À tel point qu’il peut avoir jusqu’à 23 personnalités qui se manifestent à différents moments. Bien qu’il soit suivi par une psychiatre, cette dernière n’a pas conscience de la montée en puissance d’une vingt-quatrième personnalité. Elle est particulièrement puissante et violente, prenant le dessus sur les autres lorsqu’elle apparaît. Pour assouvir les besoins de sa nouvelle personnalité, Kévin kidnappe trois jeunes filles. L’une d’entre elle, Casey, tente malgré tout d’établir le contact avec Kévin au travers de ses personnalités, d’autant qu’il commence à se montrer menaçant.

Pourquoi fait-il partie des films psychologiques?

Tout d’abord car le personnage est à lui seul la preuve d’une instabilité mentale forte pouvant entrainer de nombreux débordements. Si la bienveillance est de mise au départ, l’intrigue bascule rapidement vers un thriller au vus des changements fréquents d’états mentaux de Kévin. De plus le repère dans lequel il séquestre les adolescentes est assez glauque, ce qui participe à maintenir une intensité permanente.

#8 Pi (1998)

Pi le film

Dans une logique des plus mathématique, PI est le film psychologique qu’il faut voir pour comprendre l’obsession mentale.

L’histoire

Max Cohen est un mathématicien de renom qui n’a qu’une seule obsession : trouver les nombres exacts de Pi, clé unique pour répondre à de nombreuses interrogations sur le monde. Cependant, Max est obnubilé par l’obtention d’un résultat tangible. Son obsession? Réussir à sortir une suite de chiffres permettant de décrypter le fondement de l’univers. Au fur et à mesure de l’avancée de ses recherches, il est approché par des agents secrets de Wall Street ainsi que des Kabbales voulant s’approprier son secret permettant de répondre à des questions existentielles.

Pourquoi fait-il partie des films psychologiques?

Tout d’abord le côté abrupte de la réalisation qui retranscrit à la perfection ce que ressent Max. En outre, cela permet de s’immerger dans la peau du personnage et ressentir ainsi les troubles obsessionnels dont il est victime. Ces crises de démences sont impressionnantes et le poussent parfois à se mutiler afin d’essayer de calmer la douleur. Les hallucinations font partie intégrante de son caractère, appuyant d’avantage sur la partie psychologique. Enfin, il est facile de ressentir la peur du personnage, qui renfermé sur lui même, souffre du manque de socialisation. Ses difficultés émotionnelles s’accroissent tout du long, pour atteindre au final un point de non retour.

#7 À la folie, pas du tout (2002)

films psychologiques : À la folie, pas du tout

Comment parler de films psychologiques avec un personnage instable sans évoquer À la folie, pas du tout, avec Audrey Tautou.

L’histoire

Tout commence très simplement. Angélique est une étudiante aux Beaux-Arts et travaille à coté en tant que serveuse dans un bar avec sa meilleure amie Héloïse. Cependant, Angélique est amoureuse de Loïc, un beau cardiologue marié. Cette dernière tente par tous les moyens de gagner son attention. Elle est convaincue que Loïc va tout quitter pour elle. Angélique est prête à tout.

Pourquoi fait-il partie des films psychologiques?

Voir la réalité sous deux angles complètement différents c’est l’objectif de ce film. Sous couvert d’une réalité biaisée, on tombe évidemment dans le panneau. Effectivement, la particularité de ce film est sa capacité à retourner une situation qui semblait pourtant évidente aux yeux de tous. L’objectif en cela est de montrer qu’il existe plusieurs réalités possibles et qu’il est nécessaire de ne pas se laisser manipuler dans la quête de la vérité. La dualité du personnage d’Angélique fait d’elle une véritable psychopathe. Le délire obsessionnelle auquel elle se livre est surprenant. Par ailleurs le parallèle entre folie mentale et qualités artistiques est pertinent, rajoutant à ce film une proximité malsaine avec la réalité.

#6 Le Nombre 23 (2007)

films psychologiques :  Le Nombre 23

C’est l’un des films psychologiques qui fait sens tout simplement. D’ailleurs si vous avez aimé Le Nombre 23 vous aimerez apprécierez les 10 meilleurs films de Jim Carrey.

L’histoire

Tout commence lorsque Walter Sparrow, employé dans une fourrière d’animaux, se voit offrir par sa femme un roman : « Le nombre 23 ». À peine a-t-il débuté la lecture qu’il se prend pour Petitou, le personnage principal du bouquin. Cependant, Walter vit les aventures du personnages comme si elles étaient réelles et cela l’affecte psychologiquement. Ce fameux nombre devient une obsession qui rythme son quotidien, jusqu’au jour où il fait d’accablante concernant l’auteur du livre.

Pourquoi fait-il partie des films psychologiques?

Il est facile de se demander pour quelle raison Le Nombre 23 est un film psychologique. En vérité, cela est évident : l’obsession pour un chiffre relève de la psychiatrie. Cependant, on rentre facilement dans l’esprit de Walter et l’empathie que l’on a pour lui dès le début permet de comprendre en partie l’origine de son fantasme avec le nombre 23. Cependant, c’est également ce qu’il y a de plus édifiant; entrer dans la peau du personnage est perturbant. Pris au piège, le spectateur n’a pas d’autre choix que de subir les angoisses internes de Walter.

#5 The Machinist (2004)

films psychologiques : The Machinist

Sûrement la meilleure transition que l’on peut faire en terme de films psychologiques. En effet, c’est également un personnage perdu en quête de repères.

L’histoire

Trevor Reznik travaille comme ouvrier dans une usine où la moindre erreur peut être fatale. Fatigué il ne cesse d’accumuler les erreurs. Un jour, à cause de son manque d’attention, l’un de ses collègues a son bras arraché par une machine. En réalité cela fait 1 an que Trevor n’a pas dormi. Dans sa tête des brides d’images et des moments passés avec sa famille qui reviennent en boucle. Lorsqu’il rentre le soir, quelqu’un s’est amusé à dessiner un pendu sur un post-it du frigo. En vérité, Trevor se sent comme harcelé. Il ne sait plus à qui faire confiance, le monde entier semble être contre lui.

Pourquoi fait-il partie des films psychologiques?

L’atmosphère qui règne dans ce film est réellement oppressante. En plus des tons utilisés dans la colorimétrie du film, le manque d’informations concernant l’origine du personnage, entraîne un questionnement continu. Les réponses à ces interrogations se font à la toute fin. À ce propos le film comprend un « plot twist » (rebondissement) inédit et inattendu. C’est à ce moment que l’on comprend toute la supercherie orchestrée dès le départ. Le personnage principal est-il instable ou victime d’une manipulation sur laquelle il n’a aucun contrôle? Seules les révélations en fin de film donnent les clés à toutes ces interrogations.

#4 Donnie Darko (2001)

films psychologiques : Donnie Darko

Donnie Darko est un des films psychologiques plutôt unique, mais très appréciable. Et pour cause, l’univers développé par le réalisateur Richard Kelly est surprenant. Entrez directement dans la tête d’un garçon à contre-courant de la pensée commune.

L’histoire

Donnie est un adolescent de seize ans pas comme les autres. En effet, il a la capacité à pouvoir communiquer avec une créature à la tête de lapin du nom de Franck. Son imagination débordante lui vaut d’être suivi par une psychiatre qui ne comprends pas la relation intime qui lie sa relation avec Franck. Il s’ensuit alors le crash d’un avion sur le toit de la maison familiale auquel Donnie échappe par chance. La créature annonce alors à Donnie qu’il reste 28 jours, 6 heures, 42 minutes et 12 secondes avant la fin du monde. Le garçon va alors tout tenter pour sauver ses proches et le monde de la terrible destiné annoncée par le lapin.

« What’s the point of living if you don’t have a dick »

Donnie Darko

Pourquoi fait-il partie des films psychologiques?

Si vous souhaitez entrer dans un univers complètement inédit, ce film est fait pour vous. L’imagination de Donnie Darko donne lieu à un thriller psychologique complètement déroutant. Dans un deuxième temps, le personnage met en exergue son intelligence et remet en question des principes existentiels, à l’instar des méthodes éducatives classiques. Ces dernières s’avèrent être complètement paradoxales, et c’est en cela que Donnie montre sa perspicacité. D’autre part, la maturité et le recul du jeune homme permettent d’amener des questions sur l’existentialisme ainsi que sur la notion de sacrifice. Enfin, les visions et les voyages dans le temps (ou plutôt dans la tête de Donnie on ne sait pas vraiment) crée une véritable dynamique au film.

#3 L’effet Papillon (2004)

films psychologiques : L'effet Papillon

Dans le Top 3 des films psychologiques on trouve logiquement L’Effet Papillon, avec Ashton Kutcher. Plusieurs sujets sont abordés, mais c’est surtout le côté psychologique qui nous intéresse ici. Par ailleurs, nous parlons également de l’Effet Papillon dans ce top de films à voir en couple ainsi que dans ce top des films complexes.

L’histoire

C’est l’histoire d’un garçon du nom d’Evan que l’on suit dès ses 7 ans jusqu’à l’âge adulte. Son problème ? Il est régulièrement victime de black-outs et a un comportement plus que mystérieux à l’école ainsi qu’vec ses amis. Sa maman s’inquiète lorsqu’elle découvre qu’il fait de drôle de dessins à l’école ou encore lorsqu’elle le surprend avec un couteau de cuisine. Malgré plusieurs passages chez le psy et des radios du cerveau, tout semble normal. En réalité, Evan possède un pouvoir qui lui permet de voyager dans le temps et ainsi avoir une influence sur le futur.

Pourquoi fait-il partie des films psychologiques?

Tout d’abord pour son scénario, qui, en plus d’aborder des sujets philosophiques tels que l’effet papillon (le principe ultime de causalité), met également en avant les aspects psychologiques du personnages. Les blackouts dont est victime Evan sont-ils des preuves irréfutables de son instabilité mentale? Sans poser de conclusions hâtives, l’intérêt du film se trouve principalement dans son rapport à la modification des évènements futurs. Mais on peut tout de même se demander s’il est possible de voyager dans le temps. Ainsi ce rapport à la fiction n’est peut-être qu’un délire psychologique dont le personnage est victime. Enfin, le film aborde la notion de contingence, en questionnant l’existence de tous. La conscience d’un tel raisonnement semble trop évoluée pour une personne lambda, ce qui confirmerait la déroute mentale du personnage.

#2 Shutter Island (2010)

films psychologiques : Shutter Island

Comment ne pas évoquer Shutter Island dans notre top 3 des films psychologiques où le personnage principal est instable? C’est évidemment l’un des films éponymes et très réussi de Martin Scorsese.

L’histoire

Dans les années cinquante, les Marshals Teddy Daniels et Chuck Aules se rendent sur l’île de Shutter Island pour enquêter sur la mystérieuse disparition d’une détenue extrêmement dangereuse. L’officier Daniels comprend rapidement que les employés de l’établissement cachent quelque chose. Très peu d’indices et un bout de papier avec des chiffres et des lettres griffonnés, c’est tout ce dont dispose les deux enquêteurs. De surcroit, le personnel de l’établissement est peu coopératif, à l’image du Docteur Naehring, que Daniels soupçonne d’être un ancien nazi.

Pourquoi fait-il partie des films psychologiques?

Différentes raisons nous poussent à intégrer ce film dans le Top 3. Dans un premier temps, l’ambiance que crée Martin Scorsese dans ce Thriller d’horreur. Au premier visionnage on est précisément dans la peau de Daniels, ce qui permet de ressentir ses angoisses profondes. Le lieu de Shutter Island dans lequel se déroule l’histoire est glauque, ce qui participe à créer un stress constant et stimule l’intrigue.

Au deuxième visionnage, on comprend la réussite formidable du réalisateur pour distordre la réalité et créer deux monde distincts dans lesquels le personnage évolue. On voit réellement l’histoire sous un autre angle. Daniels semble traumatisé par les images des camps de concentrations, ainsi que par les disparition de sa femme. En effet, ces images reviennent souvent en boucle dans la tête du personnage. On peut alors se demander si l’atmosphère globale l’incite à tendre vers la folie, en plus de son passé difficile. Serait-il en passe de craquer?

#1 Fight Club (1999)

Fight Club un des films psychologiques

Le grand gagnant de ce Top des films psychologiques est bien évidemment Fight Club. Le film de David Fincher s’est fait descendre à sa sortir en 1999 par la presse et les spectateurs. Cependant, le film est finalement devenu vingt ans plus tard un film culte à voir et à re-voir.

L’histoire

C’est l’histoire de Jack un expert en assurance qui vit une période un peu sombre de sa vie. En effet, insomniaque il se sent délaissé par le système et décide de rejoindre une thérapie de groupe afin d’aller mieux et lutter contre sa solitude ambiante. Il devient par ailleurs membre d’un club de boxe clandestin baptisé le « Fight Club » où une seule prévaut : « on ne parle pas du Fight Club ». Ce club est dirigé par Tyler Durden, dont la personnalité est à l’opposé de celle de Jack. De toute évidence, Tyler mène une vie excitante; il n’a que faire des diktats de la société. En parallèle, au cours d’une des thérapies, Jack rencontre Marla, une fille qui semble enfin lui correspondre.

Pourquoi fait-il partie des films psychologiques?

C’est de toute évidence le premier des films psychologiques. Si dans un premier temps on peut voir ici une critique évidente de la société de consommation, l’intrigue met également en avant l’instabilité mentale du narrateur (personnage principal). Dans un deuxième temps, on suit l’évolution et le désespoir d’un homme lassé d’une vie qu’il ne maîtrise plus. Accablé il s’enferme dans une spirale, ou la découverte d’un nouvel univers (la boxe clandestine) devient la seule raison qui le pousse encore à avancer. Son ami Tyler est également un bon remède à sa déprime ambiante. Effectivement, avec son caractère aux antipodes de celui de Jack cela crée une dichotomie intéressante, laissant apparaitre la vulnérabilité du narrateur.

Fight Club est finalement troublant pour le spectateur par son évolution au cours de l’intrigue. À l’instar de Shutter Island, un deuxième visionnage est nécessaire afin d’appréhender les détails difficilement discernable en premier lieu. D’autre part, l’instabilité psychologique du narrateur se définit entre autre par ses hallucinations que l’on voit évoluer crescendo.

Cet article vous a plu? 

Cet article vous a plu? Laissez un commentaire juste en dessous. Vous pouvez également vous inscrire pour télécharger l’application Squadflix.

           
Share on Facebook Share on Twitter Share on LinkedIn

Commentaires


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *